Des emplois menacés?

A première vue, l’automatisation totale de certains métiers conduit inévitablement à leur disparition. On assiste à un tournant majeur dans l’organisation du travail qui pose plusieurs problèmes : comment redéfinir les emplois afin de répondre aux nouvelles attentes et est-ce une bonne chose de donner autant d’importance et de marge de manœuvre à des machines ?

Depuis 1841, le travail des enfants de moins de huit ans est interdit. Au fil des années, des lois ont été votées pour interdire aux personnes de moins de dix-huit ans de travailler et ont permis de réguler le marché de l’emploi. L’utilisation d’un humain était, jusqu’en 1955, souvent la seule manière de réaliser des tâches sur une ligne de production par exemple. Mais depuis, avec l’apparition de machines de plus en plus intelligentes, on peut faire faire certaines de ces missions à des machines ou des automates. Ces dernières doivent être néanmoins fortement guidées et surveillées pour éviter les erreurs, les pannes et les dégâts. 


Pourquoi utiliser une machine plutôt qu’une personne ?

  • La machine est infatigable, contrairement à un humain qui doit se reposer et prendre des temps de pause : elle peut ainsi abattre le travail de 3 employés qui se relaient. 
  • Elle n’a pas de sentiments : si un jour le moral n’est pas là, l’employé peut être moins concentré et ainsi faire des erreurs ou se blesser. Cela provoque dans les deux cas une perte d’argent pour l’employeur : si un salarié est absent cela ralentit la production. En revanche, la machine elle n’a pas ce problème.
  • Elle peut également effectuer la même tâche en série : elle est souvent plus efficace dans ce cas car son environnement y est adapté et chaque mouvement est optimisé.

Mais les machines ne sont pas des humains, elles ne peuvent pour le moment réaliser que des tâches bien précises, décrites au millimètre et sans adaptation possible. Elles peuvent ainsi compléter des lignes de production pour les postes les plus répétitifs et ainsi optimiser l’utilisation des employés.


Les secteurs d’activité menacés

Les robots inquiètent une grande partie de la population : les gens ont peur de perdre leur emploi. Mais selon une étude du Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE), seulement un emploi sur dix serait très exposé aux mutations technologiques et risque d’être supprimé dans les années à venir. Il faut cependant nuancer ce propos : il existe des dizaines d’études sur le sujet et les chiffres varient énormément.

Les emplois les plus menacés sont souvent les emplois d’exécutant :

Pour le moment, les principaux investissements dans les entreprises visent à concorder le travail des Hommes et des machines et non pas à en supprimer un au profit de l’autre. Mais ce choix pourrait très probablement être amené à évoluer dans les années à venir avec l’amélioration constante des machines et des procédés.